Les stages de l’alternance

Le principe de l’alternance

 

Le principe d’alternance est un élément fondamental des diplômes tels que le DEJEPS.

Il s’agit de construire un projet de formation entre différents partenaires.
Les acquisitions de compétences en centre ou en structure sont de natures différentes mais sont surtout complémentaires !

La différence essentielle tient au fait que dans le centre de formation sont enseignés des capacités et des savoirs relatifs au travail prescrit (celui du référentiel professionnel) alors que dans la structure, le stagiaire est confronté au travail réel.
Les apports en centre de formation doivent notamment être en phase avec les réalités d’exercice professionnel.

 

C’est au travers de l’analyse individuelle ou collective des pratiques professionnelles, de la liaison avec les tuteurs, et des différents outils de suivi que pourra s’effectuer une réelle mise en relation des différentes séquences d’apprentissage.

En conséquences, les stages de l’alternance occupent une place capitale dans la formation des stagiaires.

Par ailleurs, concernant les stages sur le terrain en lien avec UC3 & 4, il est à noter qu’il ne s’agit pas d’un temps de travail à vocation rémunératrice mais bien d’un temps de formation. Le tuteur ou la tutrice, professionnel·les en activité, jouent le rôle de formateur et de formatrice.

Le ou la stagiaire en situation professionnelle dans le cadre de son stage est en formation. Il ne peut donc pas être considéré comme un travailleur venant compléter un manque de moniteur et monitrice diplômé·e.

À ce titre, le stagiaire doit évoluer dans un cadre spécialement aménagé pour pouvoir appliquer les connaissances acquises au CREPS et continuer à se former en toute sécurité:

  • volume horaire limité;
  • effectif de groupes adaptés;
  • temps de repos planifiés;
  • accompagnement: repérages pédagogiques, débriefes pédagogiques ;
  • etc.
L'ŒIL DU PRO

La convention de stage

Dans le cadre de l’alternance, une partie de la formation s’effectue donc dans le cadre professionnel.

Cette partie doit être conçue comme un temps réel de formation : elle est placée sous la responsabilité d’un tuteur qui oriente, conseille, et aide le stagiaire dans l’acquisition de ses compétences professionnelles en fonction du profil de celui-ci :

  • compétences déjà acquises;
  • compétences à renforcer.

Cette partie de la formation fait l’objet d’une convention.

 

La convention de stage est le document qui détermine les conditions de mises en situations professionnelles sous tutorat pédagogique.

Elle est cosignée par le directeur de l’organisme de formation, le tuteur, le dirigeant de la structure d’accueil et le stagiaire.

Le non-respect de la convention de stage par le stagiaire ou le tuteur entraîne sa dénonciation par le directeur de l’organisme de formation.

La convention précise :

  • les dates extrêmes de la formation dans la structure professionnelle et la durée de celle-ci;
  • le volume en heures et en jours des temps de formation en entreprise en fonction du positionnement du stagiaire et des compétences à acquérir;
  • les conditions d’aménagement de la mise en situation professionnelle des stage en entreprise;
  • etc.

Le stagiaire s’engage à respecter le règlement intérieur de la structure à laquelle adhère son tuteur et participe activement à la mise à jour de son livret de formation tutorée.

Pendant toute la durée du stage le stagiaire doit être couvert en responsabilité civile professionnelle.

Répartition des temps de formation en situation professionnelle

3 types de situations professionnelles sont à distinguer dans le cadre du stage en structure professionnelle. Chacune vise à permettre l’acquisition de compétences d’une ou plusieurs Unité Capitalisable (UC).

[1] UC1 & UC2

Situations visant à l’acquisition de compétences dans les domaines de la conception de la coordination de projet :

  • durée : 140 heures;
  • période: décembre à janvier cependant, le stagiaire peut étendre cette durée sur l’intégralité de sa formation en fonction de son projet;
  • UC concernées: UC 1 et UC2.

 

[2] UC3 & UC4

Niveau 1 

Les situations visant à l’acquisition des compétences de conduite de groupe et de sécurité de base :

  • durée maximale : 105h + 70h (voir ci-dessous pour plus de détails);
  • période : les premiers mois de juillet et août suivant l’entrée en formation;
  • UC concernées: UC3 et UC4.

 [3] UC3 & UC4

Niveau 2 

Les situations d’acquisition, de renforcement et d’approfondissement des compétences pédagogiques :

  • durée : 70h + 210h (voir ci-dessous pour plus de détails);
  • période : seconde période de juillet et août;
  • UC concernées: UC3 et UC4.

FOCUS: les stages de face à face pédagogique en canyon

Dès 2024, le schéma de formation est transformé avec une entrée en formation fin avril début mai.

Ce nouveau ruban pédagogique met l’accent sur l’acquisition de compétences professionnelles en structure de stage.

Après 5 semaines de formation auprès du CREPS, les stagiaires doivent valider la Vérification des Exigences Préalables pour la Mise en Situation Professionnelle (VEP MSP) afin de pouvoir être placé·es en face à face pédagogique dans une structure.

Ainsi et en ce qui concerne les UC3 & 4, ce sont deux temps forts de l’alternance qui se présentent aux stagiaires en passant de 350h à 455h de stage en structure.

Les stages en face à face pédagogique

s’articulent autour de 2 grands axes :

L’ACCOMPAGNEMENT DU TUTEUR ou DE LA TUTRICE

Il s’agit d’un temps de formation capital pendant lequel stagiaire et tueur ont une relation privilégiée. Pendant l’accompagnement, le stagiaire se joint au groupe de publics qui sont sous la responsabilité du professionnel diplômé. Ce dernier en profite pour faire des apports formatifs auprès du stagiaire :

  • conseils & astuces de pro;
  • vigilances de sécurité;
  • repérages pédagogiques;
  • mise en responsabilité progressive du stagiaire sur la gestion d’obstacles avec les publics;
  • etc.

L’accompagnent est l’équivalent de la conduite accompagnée pour le permis de conduire à la différence près qu’ici, l’accompagnement est obligatoire.

Cela permet la montée en compétence progressive du stagiaire en formation afin de pouvoir garantir une gestion optimale de la sécurité des pratiquants ainsi que celle du ou de la stagiaire.

L’AUTONOMIE

Une fois prêt, le stagiaire est mis en situation de gérer seul un groupe de pratiquants en canyon. Dans le cadre de sorties organisées par le tuteur ou la tutrice, le stagiaire va donc se livrer en autonomie à l’exercice de son futur métier c’est à dire, la conception et la conduite de séances d’enseignement du canyonisme.

Pour autant, le stagiaire n’est pas complètement seul. En effet, les temps d’autonomie en canyon doivent être complétés par un repérage et un débriefing avec son tuteur.

Important:

Durant la phase d’autonomie, le stagiaire est toujours en formation et n’a pas encore acquis l’intégralité des compétences d’un professionnel attendues en fin de formation.

Ainsi, il ne peut pas être attendu d’un stagiaire en formation qu’il vienne remplacer un professionnel manquant. Au contraire, le stagiaire doit bénéficier d’une organisation de la mise en situation professionnelle adaptée à son statut:

    • Nombres de séances par jour adaptées;
    • effectifs des groupes;
    • repos;
    • typologie des publics;
    • conditions de pratiques;
    • etc.

Durant l’autonomie, le stagiaire doit être couvert en responsabilité civile professionnelle.

Durant ce temps de formation le stagiaire peut bénéficier d’une rémunération au regard des responsabilités qui lui sont confiées.

Organisation des stages tout au long de la formation

À partir de 2024, le nouveau schéma de formation du DEJEPS perfectionnement sportif mention canyonisme du CREPS Auvergne Rhône-Alpes · site de Vallon Pont d’Arc comprendra 2 grands temps de formation en structure en ce qui concerne les stages pratiques en canyon. Chacun de ces deux temps comprend:

  • une phase d’accompagnement;
  • et une phase d’autonomie.

 

Le niveau 1

· été #1 ·

1. Accompagnement du tuteur:

D’une durée de 105 heures (env. 3 semaines), ce premier temps d’immersion est indispensable pour consolider et compléter les acquis du stagiaire. Sans cette première étape, il n’est pas possible d’accéder à l’autonomie N1.

 Ce premier temps de stage doit permettre au stagiaire une montée en compétence et en responsabilité progressive.

 

2. Autonomie N1:

Conditionnée à l’achèvement des 105 heures d’accompagnement, les modalités de cette phase d’autonomie sont déterminées par la convention de stage :

 

  • 1 séance par jour;
  • effectifs de groupes limités à 4 personnes maximum;
  • difficultés max. des canyons: 3.3.II;
  • Etc.

Le niveau 2

· été #2 ·

1. Accompagnement du tuteur:

  • 70 heures minimum;
  • L’objectif est d’accompagner le tuteur au maximum dans des canyons contenant au moins un critère 4 de difficulté.

 

2. Autonomie N2:

  • 210 heures minimum;
  • La convention de stage détermine, de manière individuelle et en fonction de l’acquisition des compétences du stagiaires, les modalités de cette seconde phase d’autonomie en prérogatives augmentées:
    • difficultés des canyons ou liste des canyons autorisés;
    • effectif max. de 8 personnes par groupe;
    • deux rotations maximum par jour;
    • 2 jours de repos hebdomadaires;
    • etc.

En lien étroit avec le tuteur et en tenant compte des situations et des profils, le CREPS organise la montée en responsabilité progressive du stagiaire au cours de cette seconde phase d’alternance en face à face pédagogique.